Articles

COMPRENDRE LES SIGNES DE LA FAIM, ET COMMENT LES EMBRASSER

Nous avons été conditionnés à penser que la faim est problématique, mais le vrai problème est dans le message. Ne laissez pas la fixation de notre culture sur la restriction alimentaire réduire au silence les besoins naturels de votre corps.

PAR: LINDSAY SPARKS, RDN

La culture alimentaire nous dit souvent que la faim est quelque chose à craindre ou à réprimer. Les personnes à la diète chronique ont souvent l’impression que la faim est problématique et qu’il faut la contrôler. La seule chose avec laquelle nous devrions essayer de calmer notre faim est ce que ce signal demande:

Énergie, calories et nourriture par les aliments.

Priver intentionnellement le corps d’énergie, c’est comme essayer de retenir son souffle. Finalement, vous devez prendre l’air. Cette bataille constante de ne pas fournir au corps ce qu’il demande peut entraîner des effets secondaires inconfortables, des dommages métaboliques et une faim « primale” pouvant entraîner une suralimentation.

La faim est un signal biologique normal qui doit être accueilli et adopté. Cela signifie que votre corps travaille pour vous et essaie de vous garder en vie. Tout comme nous répondons à d’autres signaux que notre corps nous donne (comme le besoin d’aller aux toilettes), nous devons commencer à traiter notre faim de la même manière. Être à l’écoute des signaux de la faim de votre corps et y répondre de manière appropriée est un élément clé pour favoriser une relation saine avec la nourriture et renforcer la confiance que votre corps peut autoréguler son apport énergétique.

La faim peut être ressentie de diverses manières et diffère d’une personne à l’autre. C’est un sentiment subjectif avec de nombreuses variations. Certaines des façons dont vous pouvez ressentir la faim:

  • Estomac: sentiment de grognement ou de vide
  • Tête: pensée brumeuse, maux de tête, étourdissements, étourdissements, incapacité à se concentrer ou à se concentrer, pensées dérivant vers la nourriture ou pensant à ce qui semble bon à manger
  • Humeur: se sentir grincheux / irritable (alias « cintre”), engourdi ou apathique
  • Énergie: niveaux d’énergie diminués, léthargique ou léthargique

Que se passe-t-il si vous ne ressentez pas de signaux de faim ou si vous ne savez pas à quoi ressemblent les signaux?

Il y a plusieurs raisons possibles pour que les indices de faim semblent ne pas exister ou pour ne pas savoir ce qu’ils sont: vous avez restreint votre consommation alimentaire, vous vous rétablissez d’un trouble de l’alimentation, vous souffrez d’une maladie chronique ou vous prenez certains médicaments.

Gardez à l’esprit que ces exemples ne sont que des exemples. Ils ne capturent pas toutes les complexités. Il n’y a pas de « bonne” ou de « mauvaise” réponse en matière de faim; la clé est de savoir que votre corps a besoin d’une énergie adéquate, et manger est un moyen de prendre soin de votre corps. Il peut prendre du temps pour se familiariser avec vos nuances individuelles de faim, surtout si vous êtes hors de contact avec elles depuis un certain temps. Voici quelques façons de commencer.

Utilisez l’échelle de plénitude de la faim.

Une façon de vous entraîner à être en phase avec vos signaux de faim est d’utiliser l’échelle de plénitude de la faim de 1 à 10, qui est un outil pour vous aider à explorer vos sensations de faim. En général, le corps a besoin d’un apport énergétique toutes les 3-4 heures, car c’est à ce moment que les hormones de la faim augmentent et diminuent naturellement. Si vous passez plus de 5 à 6 heures sans manger, vous pouvez ressentir une baisse de votre glycémie, ce qui peut entraîner ces sentiments inconfortables de faim (un 0-2 sur l’échelle).

Il est généralement préférable d’être à environ 3-4 sur l’échelle de la faim lorsque vous vous asseyez pour un repas ou une collation. Une recommandation commune est de prendre au moins trois repas par jour, avec trois groupes d’aliments (glucides, protéines, lipides), environ toutes les trois heures. Des collations peuvent également être nécessaires entre les repas. Encore une fois, ce sont des lignes directrices, pas des règles. Écoutez votre corps et découvrez ce qui vous convient le mieux.

Sachez que chaque jour peut être différent.

Un autre point clé à retenir est que vos indices de faim peuvent fluctuer de jour en jour. Il est tout à fait normal de vivre des jours où vous avez plus faim (ou moins faim) que les autres. Parmi les facteurs pouvant influencer les niveaux de faim, citons:

  • Niveau d’activité physique
  • Stress chronique
  • Manque de sommeil
  • Cycles menstruels
  • La composition de vos repas / collations.

Ayez la foi que votre corps peut équilibrer votre apport énergétique au fil du temps, et manger exactement la même quantité chaque jour est non seulement irréaliste, mais presque impossible. Nous ne sommes pas des robots ! Nous pouvons également avoir des jours où nous devons manger pour des raisons pratiques. Par exemple, nous n’avons peut-être pas très faim, mais sachez que nous devons manger pour ne pas nous retrouver sous-alimentés ou affamés plus tard.

Soyez conscient de la faim physique et émotionnelle.

Souvent, la faim physique et la faim émotionnelle peuvent être déroutantes et difficiles à distinguer. L’alimentation émotionnelle / la faim n’est pas une « mauvaise” chose. Manger, manger et avoir faim EST naturellement émotionnel. Saviez-vous que la faim est techniquement une émotion en soi? La clé est de vous demander, est-ce que je sens que j’essaie souvent d’utiliser de la nourriture pour faire face à mes émotions? Qu’est-ce que ça me fait ressentir ? Est-ce que je veux continuer à faire ça?

N’oubliez pas qu’apprendre à vous familiariser avec vos signaux et à réagir de manière gentille et compatissante nécessite de la pratique. Gardez à l’esprit qu’il n’y a pas de « bien” ou de « mal” si vous sous-démarrez ou dépassez votre faim et votre plénitude.

Soyez patient avec vous-même et recommencez à profiter de la vie.

Adapté de l’article original.
IMAGE D’EN-TÊTE: ANSHU A

Lindsay Sparks, RDN est une diététiste agréée basée à Springfield, MO. Dans sa pratique privée, elle se concentre sur l’habilitation des autres à embrasser leur corps et à vivre une vie bien nourrie. Grâce à la nourriture, à la santé de toutes tailles et aux principes alimentaires intuitifs, elle aide les autres à cultiver une vie heureuse et significative. En savoir plus sur Lindsay à Feed Your Spark.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.