Articles

Transmission du son par conduction osseuse

Il existe une autre voie par laquelle le son peut atteindre l’oreille interne: par conduction à travers les os du crâne. Lorsque le manche d’un diapason vibrant est placé sur une proéminence osseuse telle que le front ou le processus mastoïde derrière l’oreille, sa note est clairement audible. De même, le tic-tac d’une montre maintenue entre les dents peut être nettement entendu. Lorsque les canaux externes sont fermés avec les doigts, le son devient plus fort, indiquant qu’il n’entre pas dans l’oreille par le canal habituel. Au lieu de cela, il produit des vibrations du crâne qui sont transmises à l’oreille interne, directement ou indirectement, par l’os.

Les fréquences audibles plus élevées font vibrer le crâne en segments, et ces vibrations sont transmises aux fluides cochléaires par compression directe de la capsule otique, le boîtier osseux entourant l’oreille interne. Parce que la membrane de la fenêtre ronde est plus librement mobile que la semelle de l’étrier, les vibrations mises en place dans la périlymphe des vestibules de la scala ne sont pas annulées par celles du tympan de la scala, et les mouvements résultants de la membrane basilaire peuvent stimuler l’organe de Corti. Ce type de transmission est connu sous le nom de conduction osseuse par compression.

Aux fréquences les plus basses— c’est—à-dire à 1 500 hertz et au-dessous, le crâne se déplace comme un corps rigide. Les osselets sont moins affectés et se déplacent moins librement que la cochlée et les marges de la fenêtre ovale en raison de leur inertie, de leur suspension dans la cavité de l’oreille moyenne et de leur couplage lâche au crâne. Le résultat est que la fenêtre ovale se déplace par rapport à la semelle des étriers, ce qui donne le même effet que si les étriers eux-mêmes vibraient. Cette forme de transmission est connue sous le nom de conduction osseuse inertielle. Dans l’otosclérose, l’étrier fixe interfère avec la conduction osseuse inertielle, mais pas avec la compression.

Chez les personnes atteintes d’une maladie de l’oreille moyenne, des appareils auditifs dotés de vibrateurs spéciaux sont parfois utilisés pour délivrer le son au processus mastoïde (la partie de l’os temporal située derrière l’oreille); le son est ensuite conduit par l’os jusqu’à l’oreille interne. La conduction osseuse est également à la base de certains des tests les plus anciens, les plus simples et les plus utiles du répertoire de l’otologue. Ces tests utilisent des diapasons pour distinguer entre une déficience conductrice, qui affecte l’oreille moyenne et se prête à une intervention chirurgicale, et une déficience neurosensorielle, qui affecte l’oreille interne et le nerf cochléaire et pour laquelle la chirurgie n’est généralement pas indiquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.